Cette étude a été présentée a l'occasion du Foro del vino de Logrono.

mercier foro logo

L’introduction de micro-organismes (Trichoderma et Mycorhizes) dans les plants de vigne

Introduction

Depuis longtemps, les maladies du bois de la vigne sont signalés comme un problème majeur pour le vignoble. Les causes et mécanismes de ces maladies sont encore inconnus ou tout du moins pas réellement encore bien compris. Différentes enquêtes dans le monde entier ont permis d'identifier plusieurs champignons, pathogènes ou non, associé à des tissus de vignes présentant des symptômes de maladies.

Les maladies sont appelés, selon les pays, l'ESCA, l’Eutypa Dieback, la maladie de Petri, Black Dead Arm, Black Foot, le chancre de la vigne, et sont communément attribués à: Eutypa lata, Phaeoacremonium spp, Phaeomoniella chlamydospora, Botryosphaeria spp, Fomitiporia spp., Phomopsis spp. Cylindrocarpon spp, ...

Depuis 2001 et l'interdiction de l'arsenic de sodium, il n'existe plus de moyens pour éliminer, réduire ou contenir ces maladies, qui voient chaque année le nombre de ceps touchés croitre entre 1 et 5% en fonction de la région (données françaises). Dans certains vignobles, les vignes malades représentent 20% du total, avec une mortalité annuelle d'environ 5% (données italiennes).

Le Trichoderma est connu depuis longtemps comme un champignon antagoniste fort, utilisé dans certaines cultures comme bio-controle pour endiguer les micro-organismes pathogènes.

Une souche particulière de Trichoderma atroviridae (I-1237) a été analysée dans le laboratoire des pépinières Mercier pour vérifier son efficacité et ses caractéristiques sur les plants de vignes contre plusieurs champignons.



Matériels et méthodes

Huit cultivars de vigne greffés sur différents porte-greffes (figure 2) ont été étudiés depuis 2005. Tous les essais ont été réalisés sous serre. En 2005, les végétaux ont été trempés dans une solution à base de Trichodermaatroviridae I-1237 pour induire une inoculation. Les plantes ont ensuite été remises en pots et placés dans des serres au printemps. L'analyse a été réalisée par le Laboratoire de Dijon de l'INRA, les première mesures ont été effectuée 3 mois après la croissance, et les suivantes après 8 et 15 mois.

Pour suivre l'évolution du Trichoderma I-1237 dans la plante, 5 à 10 échantillons de bois
ont été prélevés dans chaque zone (figure 1). L'écorce a été enlevée et les rondelles de bois ont été désinfectés et placés avec de l'Agar dans une boite de Petri. Après une incubation de 3 jours à 25 ° C, le nombre de rondelles de bois colonisés par Trichoderma I-1237 ont été notés.

plaie symptome
Pour évaluer la résistance aux pathogènes, les jeunes plants traités avec la souche I 1237 ont ensuite été inoculés avec l'un des 4 pathogènes suivants: Botryosphaeria parva, Botryosphaeria obtusa, Phaeoacremonium aleophilum et Phaeomoniella chlamydospora. Chaque champignon pathogène, sous forme de mycélium, a été inoculé dans le porte-greffe à travers un trou de 3 cm en dessous du greffon. Les plaies d'inoculation sont alors protégées par un film spécial (photo 1) et les plantes sont alors mises en pots et placées sous serre (photo 2).


Résultats

Le Trichoderma I-1237 se trouve toujours dans des échantillons de porte-greffe (figure 2). Colonisant entre 70% à 100% à la base des plants, de 35% à 95% au milieu, et 45% à 90% juste sous le point de greffe. Nous notons que nous avons également trouvé différentes souches de Trichoderma dans les plants de contrôle. Cela démontre que les Trichoderma sp. Sont naturellement présents dans les sols et les vignes. Toutefois, le Trichoderma «sauvage» ne semble pas se développer facilement dans le bois. I-1237 présente une croissance encore plus grande.

En présence du T. atroviridae I-1237, la fréquence de la colonisation de la vigne par les 4 champignons pathogènes étudiés est plus faible (figure 4). La réduction varie en fonction de la
zone analysée. La souche I-1237 est plus efficace pour réduire B. obtusa, B. parva, et la progression de Ph. aleophilum. dans le bois. Nous avons pu observer des réductions plus élevé de 80 à 90% par rapport aux installations de contrôle non protégés.

D'autres travaux nous ont montré une forte résistance du T. atroviridae I-1237 contre les 8 principaux types de fongicides utilisés essentiellement dans les pépinières et les vignobles (données non présenté ici).

 

Figure 4: Fréquence (A) et l'intensité (B) de la progression, si différents champignons pathogènes (B. obtusa, B. parva, Ph. Aleophilum, chlamydospora Ph) en bois traité (vert) ou non (blanc) par Trichoderma I-1237 . Les résultats sont présentés pour chaque domaine du bois.

frequences1 mercier

Conclusion

Avec ces résultats encourageants, nous avons amélioré les techniques d'inoculation en y ajoutant une formulation particulière de mycorhize (Glomus mossae) dans le substrat de croissance.

Une efficacité de 60 à 90% de la mycorhization a été mesurée. Les plantes avec le Trichoderma et les mycorhizes sont commercialisés par les pépinières Mercier depuis 2009 (Force9 ®), des études in vivo sont en cours pour confirmer ces résultats au vignoble.

 

 
Figure 2: Fréquence de la colonisation de la vigne par Trichoderma I-1237 atroviridaestrain ou Trichoderma sp. («Large»), 3 mois après

 

frequences

Figure 1: Schéma montrant les zones échantillons prélevés pour analyse

echantillons 01

 

Corinne Romand1,Christelle Cordier2, Emilie Carrouché1, Katerina Labonova1, Michelle Hurtaud1, Olivier Zekri1

1 -Laboratoire Mercier Novatech-Le Champs des Noëls, 85770, Le-Gué-De-Velluire, France

2-INRA -UMR M.S.E 17, rue Sully, 21000, Dijon, France

 

foro 1

Suivez-nous : Suivez Vignovin sur Twitter Suivez Vignovin sur Facebook Suivez Vignovin sur LinkedIn  Suivez Vignovin sur Instagram  Suivez Vignovin sur Youtube rss actualites vignovin

Ce site utilise des cookies pour gérer l'authentification, la navigation et les fonctions statistiques.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.