Editorial Vignovin - Juin

Les nouvelles technologies ont d’abord permis à la filière vin d’accéder à des usages liés à la logistique ou la traçabilité (comme les GPS embarqués, les QR Code et les RFID). Peu à peu, elles se sont déployées dans l’activité commerciale, devenant souvent des outils de valeur ajoutée, des éléments marketing à part entière.

L’une des premières applications innovantes était le QR Code et les étiquettes NFC à scanner qui permettait d’accéder au site internet du domaine viticole. Il y a 6-7 ans, c’était très innovant ! Désormais, innovation rime avec réalité augmentée. L’un des poids lourds mondiaux du vin, l’Australien Treasury Wines, qui commercialise plus de 400 millions de cols, a créé le buzz en 2017 avec sa gamme « 19 crimes ». Sur chacune des bouteilles, le client peut scanner l'étiquette à l’aide d’une application mobile qui faisait apparaître un criminel présentant son méfait. Les ventes sont passées de 4 à 18 millions de bouteilles et Treasury Wines s’attend à 1 milliard de téléchargement de son application d’ici l’année prochaine. Cette opération a séduit les jeunes, amateurs d’expériences nouvelles, qui ont pu à la fois vivre une expérience unique et découvrir l’histoire du pays de façon ludique. Plus récemment, Treasury Wines a déployé cette même technologie sur sa gamme « Walking Dead », réalisée en collaboration avec la société de production à succès.

Plus près de chez nous, le dessinateur Philippe Geluck a créé une étiquette avec son fameux Chat sur des bouteilles de rosés du Sud-Ouest commercialisées en GD chez LIDL. En scannant le QR Code, le Chat raconte la façon dont il va plonger les glaçons dans un verre de rosé !

En Champagne, un jeune vigneron, récemment revenu sur l’exploitation, a récemment levé 1,5 M€ d’investissements pour le développement d’une marque (EPC) qui entend casser les codes conventionnels champenois. Ainsi, il souhaite proposer une e-boutique qui faciliterait la dégustation avant achat des cuvées chez des partenaires mais aussi permettre au consommateur, grâce à son smartphone, d’accéder à l’histoire de la marque en s’appuyant sur la réalité augmentée.

Bien entendu, les nouvelles technologies ne se résument pas à la réalité augmentée. Elles se traduisent également à travers des nouveautés dans la distribution. Ainsi, Amazon devrait mettre en circulation prochainement des drones de livraison, réservés aux colis de moins de 3 kilos sur des distances inférieures à 25 kms, donc particulièrement adaptés aux livraisons en secteur urbain ! Les sites de e-commerce s’associent de plus en plus à des enseignes de distribution pour assurer des livraisons ultra-rapides.

On voit aussi se développer des applications de conseils de dégustation dans des restaurants comme IWine Resto, présent dans une centaine d’établissements, qui permet par exemple aux clients étrangers d’accéder aux détails sur le vin qui les intéresse dans leur langue, voire de découvrir des associations mets-vins sur la tablette du menu.

Ces prestations rencontrent parfaitement les attentes ludiques et expérientielles exprimées par les Millénials, puisque non contents d’être plus exigeants que leurs parents sur la qualité de ce qu’ils ingèrent, ils attendent de vivre une expérience nouvelle et originale, qu’ils pourront partager avec leurs amis et aussi (surtout ?) sur les réseaux sociaux ! Les débouchés que permettent les nouvelles technologies et l’hyperconnectivité des jeunes peuvent donc être considérés par les producteurs de vins comme des incitations à laisser libre cours à leur imagination et à leur créativité.

Nathalie Costa

 

Suivez-nous : Suivez Vignovin sur Twitter Suivez Vignovin sur Facebook Suivez Vignovin sur LinkedIn  Suivez Vignovin sur Instagram  Suivez Vignovin sur Youtube rss actualites vignovin

Ce site utilise des cookies pour gérer l'authentification, la navigation et les fonctions statistiques.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.