Brutalement stoppé en mars 2020, le secteur du tourisme - et de l’oenotourisme - est en pleine explosion voire réinvention.

Alors que la France (première destination mondiale) a perdu entre 30 et 35% de sa consommation touristique annuelle (soit environ 50Mds€), 85% des quelque 38 millions de vacanciers français ont fait le choix de rester dans l’Hexagone cet été afin d’éviter les déconvenues liées aux mesures sanitaires. En revanche, les étrangers, qui représentent un peu plus de 40% des touristes, pourraient quant à eux manquer à l’appel encore cette année. Car si une forte demande afflue de la part des Italiens et Espagnols, les Anglais, Allemands et Asiatiques seront eux beaucoup moins nombreux.

Formidable moyen pour doper la fréquentation des régions viticoles et véritable levier de stimulation des ventes de vins, l’oenotourisme se déploie et se professionnalise. Ainsi, Atout France, l’organisation qui gère le label « Vignobles et Découvertes »*, parie sur un développement exponentiel de visiteurs-oenotouristes. En quelques années, leur chiffre est déjà passé de 7,5 à 10 millions générant un chiffre d’affaires évalué à 5,2 milliards €.

Les propositions touristiques conçues par les domaines viticoles affluent des quatre coins de l’Hexagone. Dégustations et visites de vignobles pour les plus classiques mais aussi concerts, expositions, festivals, offres artistiques... La palette est très large et plus de plus en plus centrée sur l’expérientiel et le besoin du visiteur. Spectacles de théâtre couplés à des accords mets/vins en Alsace, projections de films dans les vignes en Provence, exposition au domaine avec des jeunes artistes locaux dans le Var, centre d’interprétation sensoriel en Champagne, accords vin-livre gastronomique dans le Val de Loire...

Les outils digitaux facilitent indéniablement la promotion et l’usage de toutes ces offres, grâce aux plateformes de réservation par domaine ou collectives ainsi qu’aux applications mobiles souvent plutôt territorialisées. Le site www.ruedesvignerons.com permet par exemple d’accéder à une offre omnivignoble comportant 350 domaines et de réserver gratuitement des prestations en ligne.

Bien entendu, les réseaux sociaux servent également la visibilité de ces offres à l’instar des Vignerons Indépendants qui ont récemment lancé une campagne nationale « On est là ! ».

Pour nombre de vignerons, cette réinvention peut s’apparenter à une révolution culturelle, puisqu’il est nécessaire de sortir de son métier de producteur de vin pour s’approprier les codes de l’accueil. Pendant et après les confinements, les dimensions humaines et de proximité ont été à la fois mises à l’épreuve et plébiscitées. Les caves et domaines viticoles de France ont toute leur place dans ce changement s’ils intègrent la nécessité absolue de s’adapter à un public en recherche d’autre chose que les traditionnels secrets de fabrication d’un vin, ou les noms des cépages utilisés…

En septembre prochain, la 5e conférence mondiale de l’Organisation mondiale du tourisme, qui se tiendra au Portugal, sera consacrée à la thématique « Oenotourisme et développement rural ». Alors que les bords de mer sont saturés, l’oenotourisme constitue en effet une voie de développement et de revitalisation de certains territoires ruraux.

*Vignobles et decouvertes créé en 2009, compte aujourd’hui 71 destinations labellisées. Nota : https://www.veilleinfotourisme.fr/politique-nationale-du-tourisme/structures-et-strategies/actions-de-l-etat/le-bilan-de-la-saison-touristique-2020-en-france

N. Costa

Ce site utilise des cookies pour gérer l'authentification, la navigation et les fonctions statistiques.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.