vigne_e1.jpg

 

Editorial Vignovin - Mai 2018

 

Il y a quelques semaines, les chiffres de la fréquentation touristique ont été livrés : avec environ 89 millions de visiteurs étrangers pesant pas moins plus de 24 milliards d’euros de dépenses, c’est un nouveau record pour la France. Désormais, l’objectif du Gouvernement est d’atteindre la barre des 100 millions de touristes !* C’est dans ce contexte que s’est tenue fin avril, une réunion des destinations françaises labellisées  « Vignobles et découvertes »**, au cours de laquelle il a été décidé de créer une fédération nationale, qui doit permettre de concevoir et déployer des actions de communication des destinations viticoles notamment à l’international.

 

bourgogne montgolfiere

 

Cette volonté traduit bien les enjeux de l’œnotourisme au sein du monde viticole. Selon les derniers chiffres disponibles (2016), 10 millions de visiteurs  sont venus découvrir quelque 10 000 domaines dans les vignobles français contre 7,5 millions en 2009, représentant 5,2 milliards d’euros de dépenses. Si les Français restent encore majoritaires (5,8 millions), l’essor des touristes étrangers est plus forte, de l’ordre de 5% par an (40% depuis 2009) contre 3% pour les Français ! Quant au Top 5 des vignobles les plus visités, sans grande surprise, on retrouve Bordeaux en tête de classement, suivi par la Champagne et l’Alsace, puis Bourgogne et Val de Loire (source « Atout France »).

Le succès de l’oenotourisme s’explique assez facilement par plusieurs facteurs : envie de découverte des terroirs, besoin de rencontrer sur leurs terres ceux qui élaborent les vins, intérêt vis-à-vis des modes de fabrication, envie de proximité humaine, demande de tourisme culturel…

 

Aujourd’hui, il ne s’agit donc plus d’accueillir ses « congénères » mais bien des amateurs de vin ayant une autre culture, utilisant une autre langue et exprimant d’autres envies ! Globalement, le « tourisme à la papa » qui consistait à proposer une « visite du domaine + dégustation » ne suffit plus à attirer. Désormais, c’est bien la qualité de l’expérience au cœur de laquelle le visiteur sera plongé qui fera la différence. L’objectif pour une marque étant bien entendu de transformer ce visiteur d’un jour en client, si possible fidèle !

Les domaines viticoles disposent de plusieurs axes de développement grâce notamment aux liens possibles entre le vin et la gastronomie, la culture, l’art de façon générale mais aussi le sensoriel… Depuis une décennie, de nombreuses applications ou plates-formes digitales ont été créées tant par des organismes touristiques que par des start-up***. Internet constitue à ce titre un formidable moyen permettant non seulement d’offrir une palette de solutions technologiques adaptables mais aussi de rendre accessibles les prestations touristiques des domaines viticoles aux étrangers préparant leurs séjours sur notre territoire.

On le constate : la demande est là et en pleine progression. Les recettes potentielles aussi.

Reste sans doute à professionnaliser l’offre !

 

Si l’intérêt pour un domaine viticole est de se rendre « visible-vendable » à l’autre bout du monde, reste qu’il lui est nécessaire, afin d’y parvenir, de travailler son offre, affiner son fameux « story telling », créer et marketer son produit touristique en cohérence avec son vin afin d’en faire un élément de valorisation. La pratique de la langue fait également partie des marges de progression. Michel Bernard, d’Atout France le rappelait : « A l’exception des très grands domaines, les viticulteurs ne parlent pas suffisamment anglais », sans compter la création de sites internet à jour et attractifs.

 

Au final, face aux défis de l’œnotourisme, les domaines viticoles doivent s’inscrire dans une logique de services et mieux connaître les attentes de leurs « prospects ». C’est plus ni plus ni moins qu’une diversification et un appui de l’activité commerciale.

 

* Si le Gouvernement entend développer la fréquentation touristique et ses retombées économiques (50 milliards d’euros de recettes, 300 000 emplois estimés), gageons qu’il sera tout aussi motivé pour assouplir les contraintes imposées aux domaines en matière de normes de sécurité décourageant certains, parmi les plus motivés !

** Vignobles et Découvertes : Créé en 2009, ce label est attribué par Atout France, à une destination à vocation touristique et viticole proposant une offre de produits touristiques multiples et complémentaires (hébergement, restauration, visite de cave et dégustation, musée, événement,…). Il en existe une cinquantaine à ce jour.

*** Exemples : Wine Tour Booking, Winalist, Wine Paths, Vinotrip…

 

Nathalie Costa



Partagez

FacebookTwitterLinkedinRSS Feed Pin It
Vignovin Fermer
Inscrivez-vous à notre Newsletter Mensuelle pour rester informé des dernières nouveautés, offres & conseils des Partenaires Vignovin!

Ce site utilise des cookies pour gérer l'authentification, la navigation et d'autres fonctions statistiques.
En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies.